Les actualités

1er Mai : la CGT propose des manifestations unitaires en "présentiel"

Ce 1er mai, journée internationale des travailleurs, « on veut être là en présentiel. Au regard du mécontentement des salariés, des chômeurs, des intermittents, on a besoin de se retrouver » , affirme la secrétaire de la CGT Céline Verzeletti. La CGT prévoit en effet de manifester à Paris le 1er mai, et a proposé aux autres organisations syndicales  » un projet d’appel » .

Les thèmes revendicatifs de cette journée qui devrait donc être marquée par des manifestations à Paris, comme en régions la manifestation seront la lutte pour l'emploi, contre la précarité et la réforme de l’assurance chômage, la demande de « vraies aides pour la jeunesse », la défense des services publics, et des libertés syndicales et publiques, détaille Céline Verzeletti.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, les syndicats CGT, FSU et Solidaires d’Ile-de-France, ainsi que l’Unef (étudiants) et l’UNL (lycéens) appelaient d’ores et déjà à « faire du 1er mai une grande journée de mobilisation avec une manifestation à 14H00 de République à Nation » .

Image1 4 a9fe1

Source : https://nvo.fr/video-1er-mai-la-cgt-propose-des-manifestations-unitaires-en-presentiel

Telechargement 18

Assurance chômage : Le gouvernement sourd à la situation sociale…

Le projet de décret décrivant la mise en application des annonces du gouvernement concernant l’assurance chômage vient d’être connu. Sa lecture éclaire sur l’écart entretenu entre les discours médiatiques du pouvoir, la réalité et les conséquences des mesures prises. Il apparait clairement que sa volonté, quoi qu’il en coute, est de poursuivre sa politiques au service des plus riches…

Sans surprise, ignorant le contexte sanitaire et économique alarmant et l'opposition unanime des syndicats, le gouvernement s’obstine à vouloir imposer sa réforme.

Alors que, aujourd'hui déjà, 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés, avec ce projet de décret le gouvernement entend exclure encore plus de privés d’emploi.
Pour cela, le dispositif mis en place vise particulièrement les plus précaires, les intérimaires, les saisonniers, extras hôteliers, guides conférenciers, intermittents hors spectacle.

Le décret prévois d’appliquer, dès le 1er juillet, la hausse du seuil d'accès aux allocations chômage.

Il prévoit ainsi de passer de 4 à 6 mois travaillés au cours des 24 derniers mois, d’appliquer la dégressivité de l'allocation pour les cadres dans un premier temps à partir de 8 mois de chômage, puis à partir de six mois au « retour à meilleure fortune » comme il est dit dans le texte.

Le bonus-malus, vague contre partie évoquée pour tenter de faire passer la pilule, censé pénaliser les patrons multipliant systématiquement les contrats courts, ne verra, peut-être, le jour qu’en septembre 2022.

Seule concession portée au projet initial pour tenter de répondre à la censure du Conseil d’État d’une partie de texte, la création d’un plancher sous lequel ne pourra descendre l’indemnité.

Un plancher bien illusoire (659 euros) qui ne compense en rien le changement de mode de calcul de l’allocation et qui, quoi qu’il en soit, ne permettra à aucun demandeurs d'emploi de vivre.

La CGT continue à exiger le retrait pur et simple de cette loi.
Avec l’ensemble des autres organisations syndicale, elle réaffirme qu’une remise à plat est nécessaire  pour que l’assurance chômage soit adaptée à la situation des demandeurs d’emploi pour améliorer leurs droits.

Source : https://www.cgt.fr/actualites/france/interprofessionnel/protection-sociale/assurance-chomage-le-gouvernement-sourd-la-situation-sociale

Election TPE : Donne toi le droit, vote CGT

 

Du 22 mars au 6 avril 2021, près de 5 millions de salariés des TPE sont appelés à s’exprimer pour le syndicat de leur choix.

Ces voix comptent pour déterminer la représentativité des organisations syndicales pour les 4 prochaines années au plan national, territorial et dans les branches d’activité. Elles contribueront à définir pour chaque organisation le nombre de représentants dans les commissions paritaires régionales, de conseillers prud’hommes…

Gagner massivement le vote des salariés des TPE confortera la CGT et renforcera son poids au plan interprofessionnel. Toutes les organisations CGT ont aujourd’hui des plans de travail pour aller débattre avec ces salariés dans la proximité géographique ou professionnelle. Nous avons besoin que chaque syndiqué de la CGT contribue à faire entendre la voix de ces salariés en s’engageant dans la campagne.

Nous, militant.e.s, adhérent.e.s, côtoyons chaque jour des salariés des TPE dans notre quotidien. Nous pouvons les convaincre de voter CGT.

Chaque voix va compter ! La CGT compte sur nous.

Images 40 1

Rénovation de l'hôpital de Saint-Agrève : "il faut passer la seconde"

Une rencontre mercredi matin au sein de l'hôpital de Moze à Saint-Agrève a permis de tracer la route qui s'amorce pour (enfin) concrétiser l'important projet de rénovation de la structure hospitalière de proximité du Plateau Vivarais-Lignon.

"Il est temps de passer la seconde", résume fort à propos Olivier Amrane conseiller régional délégué à la ruralité et l'innovation dans les territoires. Et c'est vrai que cette rénovation-agrandissement de l'hôpital de Moze joue l'Arlésienne depuis des lustres.

Les clés dans les mains de l'ARS

Le vote par la Région d'une subvention de 2,2 millions d'euros venant soulager l'investissement de 5,6 millions nécessaires au travaux du bâtiment sanitaire se voulait, à l'automne, un levier pour s'assurer d'autres concours. Au premier chef, celui de l'Agence régionale de santé, le grand manitou du dispositif.

Des échanges entendus ce matin entre l'élu régional mandaté par Laurent Wauquiez, la présidente du conseil d'administration Yasmina Ali, le trésorier Norbert Exbrayat et David Vercasson, adjoint de direction, on retiendra le timing suivant.

Un calendrier prévisionnel

A la fin du mois, le 24 mars, une rencontre cruciale est programmée avec l'ARS à Lyon. Le projet médical y sera examiné. Yasmina Ali se dit "confiante". Une confiance qui tient à l'efficace investissement du Docteur Amandine Chantre (enfant du cru, née à la maternité de Moze, revenue exercer au pays) qui a peaufiné ledit projet. A partir de là, l'ARS devra confirmer son engagement financier pour cette réalisation, dont il faut rappeler qu'elle concerne également l'Ehpad (pour 9 millions d'euros).

Un espace "cantou"

Le Département est également attendu pour abonder. C'est d'ailleurs pour satisfaire à une demande de ce dernier, que dans le nouveau Moze, un secteur "cantou" de 12 lits réservés aux personnes désorientées atteintes de pathologies de type Alzheimer trouverait sa place.

Après la présentation d'un avant-projet sommaire (APS) envisagée pour juillet, un dépôt de demande de permis de construire pourra suivre, un lancement des appels d'offres dans la foulée. Concrètement, le chantier pourrait démarrer à l'automne 2022.

130 personnes employées

Moze fonctionne sur la base de 8 lits de médecine, 17 lits de soins de suite et réadaptation, 80 lits en Ehpad. 130 personnes y travaillent, représentant 90 équivalents temps plein. L'établissement génère un chiffre d'affaires de 750 000 euros par mois. La situation financière est saine (en mettant de côté l'année 2020 où le Covid a tout bousculé mais qui a vu l'ARS et le Département apporter leurs concours pour permettre un maintien à flot, ici comme dans d'autres structures comparables).

55% de subventions à mobiliser

400 000 euros ont d'ores et déjà été puisés par l'établissement sur sa trésorerie (en frais d'études notamment) et de multiples engagements ont été pris, à l'égard de l'architecte par exemple. D'où l'insistance du trésorier Norbert Exbrayat pour inviter les financeurs à concrétiser leurs engagements.

En effet, 2021 est l'année où il faudra mobiliser les financements pour voir aboutir ce projet estimé globalement à 14,6 millions d'euros, en tablant sur 55% de subventions collectées tous azimuts et 45% de fonds propres via le recours à l'emprunt.

Lire la suite

Stop Loi Sécurité Globale : Militants syndicaux innocentés grâce à des vidéos.

Témoignages de 3 militants CGT innocentés grâce à des vidéos après avoir été accusés, à tord, de violences à l'encontre des forces de l'ordre.

Egalité Femmes-Hommes : Grève féministe et manifestation du 8 mars 2021

Plusieurs milliers de personnes, en majorité des femmes, ont défilé lundi à Paris pour réclamer davantage d'égalité entre les sexes, à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes. Les manifestantes marchaient derrière une banderole proclamant « Premières de corvées en grève féministe », le mot d'ordre cette année étant de dénoncer les injustices subies par les femmes, accentuées par la crise sanitaire. La CGT y était au sein d'un collectif des 37 mouvements syndicaux, féministes et politiques organisateurs avait appelé à manifester pour « mettre fin aux discriminations et aux violences sexistes et sexuelles » et pour « refuser (…) de payer le prix de la crise avec notre travail, notre salaire, notre corps ».

Interrogées au micro de la NVO : Mireille Stivala, de la CGT Santé et action sociale et Sophie Binet, de l'Ucigt-CGT.

Telechargement 16

8 mars : deuxième heure d’info syndicale

« Indispensables mais invisibilisées et sous payées, le 8 mars des premières de corvées ». Tout au long de cette seconde heure d’information syndicale, des femmes témoigneront de leurs conditions de travail, de leurs faibles rémunérations et de leurs luttes. Elles expliqueront pourquoi elles seront en grève le 8 mars.