ACTUCGTMOZE

En Ehpad, la crainte d’une hécatombe

Avec la crise sanitaire qui frappe la France, les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) se retrouvent dans une situation critique. Le personnel, confronté à la surmortalité des résidents, travaille dans la peur de contracter le virus et de le transmettre à leur famille et aux résidents.
 

Pénurie de masques et de matériels de protection, absence de dépistage, manque de gel hydroalcoolique… La crise sanitaire du Covid-19 a aggravé la situation dans les Ehpad, publics comme privés.

Certains ont déjà été durement touchés par le coronavirus, comme à Saint-Germain-en-Laye dans l’Ehpad du groupe Korian, où 16 personnes sont décédées sur un total de 84 résidents.

Le gouvernement redoute une hécatombe

Pourtant, cette crise était prévisible : depuis plus de deux ans, les travailleurs des Ehpad alertent sur les conséquences de l’austérité budgétaire mise en œuvre par les gouvernements successifs.

Dégradation de la prise en charge des résidents, souffrance des agents, multiplication des accidents du travail… Le constat a même été́ fait par le gouvernement, mais deux rapports et une mission flash sur l’état catastrophique des Ehpad et le manque de moyens alloués à la dépendance n’auront pas suffi. Il faut à̀ nouveau une situation de crise sanitaire pour se rendre compte du sort réservé́ aux personnes âgées dans notre pays.

Depuis plusieurs jours, les établissements ont fermé leurs portes aux visiteurs extérieurs, certains résidents sont mis à l’isolement sans visite familiale. Certains Ehpad ont même décidé de se couper du monde.

En Charente, les 18 salariés de l’Ehpad de Mansle ont choisi de se confiner à l’intérieur de l’établissement pour éviter tout contact avec l’extérieur et protéger les résidents.

En effet, les salariés médicaux et paramédicaux restent les seules personnes qui entrent en établissement et qui peuvent donc transmettre le virus. Nombre d’entre eux sont renvoyés en confinement, à domicile, car ils ressentent les symptômes du Covid-19. Ils ne sont ni testés, ni diagnostiqués.

Pour éviter cette catastrophe qui s'annonce, nous exigeons du gouvernement qu’il mette en place immédiatement des moyens de protection, des effectifs, des traitements adaptés pour les résidents et les professionnels du secteur.

Il se doit d'approvisionner les professionnels en masques, gel, surblouses et de réaliser des dépistages systématiques.

Source CGT : https://www.cgt.fr/actualites/france/sante/en-ehpad-la-crainte-dune-hecatombe

Covid-19 - Droit de retrait, journée de carences...

Coronavirus - Droit de retrait, journée de carence, accident du travail ou maladie professionnelle, protection des salariés, politique de destruction des services publics, rôle de la CGT...

Les hospitaliers de Moze ont manifesté à Privas, ce vendredi 14 février 2020

Dsc04139

Départ du Conseil départemental de l'Ardèche

Une nouvelle fois, ce vendredi 14 février, le personnel de l'hôpital de Moze s'est mobilisé et a manifesté, non pas devant leur établissement à Saint-Agrève, mais cette fois-ci, à Privas dans le cadre d'une nouvelle journée d'action nationale.

Ils étaient 200 (soignants et usagers) à battre le pavé privadois pour exprimer leur colère face à un gouvernement qui n'a de cesse de saccager et détruire les services publics de santé.  

A Privas (Ardèche), les soignants ont jeté leurs blouses et des ballons fabriqués avec des gants médicaux en signe de protestation.

Les soignants ont jeté leurs blouses et des ballons fabriqués avec des gants médicaux en signe de protestation devant l'ARS 07

 
Le personnel hospitalier réclame des moyens humains et logistiques supplémentaires pour soigner les patients et les résidents dans de meilleures conditions, ainsi qu'une revalorisation conséquente des salaires.

Lire la suite

La colère du personnel ne faiblit pas à l'hôpital de Moze

Img 5435

Voici, ce que l'on pouvait lire, ce mardi 8 octobre 2019, sur une pancarte devant l'hôpital de Moze !

Ce message était adressé à la direction, au conseil d'administration de l'association de Moze mais aussi aux tutelles (ARS, conseil départemental 07), ainsi qu'au gouvernement pour exiger des moyens...

Le personnel hospitalier a, une nouvelle fois, manifesté son désarroi et sa colère, face à l'inertie de la direction et des pouvoirs publics concernant le manque de moyens humains et matériels pour assurer une prise en charge de qualité pour les résidents et les patients.

Img 5440

Parmi les revendications portées par le personnel en grève :

- La réorganisation des soins et de l'hôtellerie, mise en place le 3 juin dernier, par la direction. 4 mois, plus tard, le constat est flagrand : "Cette réorganisation est catastrophique, tant sur le plan humain, qu'organisationnel, à tel point qu'une grande majorité du personnel est épuisé et les conditions de travail se sont fortement dégradées ! Le personnel demande un effectif adapté à la charge de travail.

Img 5438

- Des moyens matériels, un lit douche pour le service EHPAD 2, ainsi qu'un lève personne et un verticalisateur, pour le service médecine SSR. Ce service ne dispose d'aucun de ces outils. Les aides soignantes sont obligées de faire le va-et-vient et d'emprunter ce matériel dans le service adjacent de l'EHPAD, générant des pas inutiles et une fatigue supplémentaire, avec un risque d'accident du travail, si le matériel n'est pas disponible...

Img 5437

- Des primes qui sont alouées à certains salariés et non à d'autres, causant une différence de traitement (AMP...).

- Et une revalorisation de la valeur du point conventionnel significative. Depuis décembre 2010, le point a augmenté de 0,5 % en juillet 2017 et de 0,5 % en juillet 2018, soit 1 % en 9 ans ! Alors que le SMIC augmente entre 1 et 1,5 % par an. En quelques années, plus de la moitié du personnel est devenu smicard à Moze !

Img 5469

A 16 h, une délégation a été reçu par la direction et le vice président de l'association. Mais, aucune revendication n'a abouti pour l'instant. Le personnel ne désarme pas et reste déterminé à se faire entendre...

Img 5467

Le personnel a reçu le soutien d'usagers, de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, ainsi que d'autres syndicats CGT de l'Union Locale CGT du Cheylard et sa région, d'hopitaux et EHPAD (le Cheylard, les Genets...).

Img 5459

Ob 82710f onlacherien 1

Manif contre la réforme des retraites 24 septembre Annonay

Les soignants dans la rue !!!

Img 20190924 152441

CGT EHPAD LALOUVESC et CGT HOPITAL MOZE SAINT AGREVE

Img 20190924 153412

CGT EHPAD ST JOSEPH ANNONAY et CGT HÔPITAL MOZE SAINT AGREVE

Saint-Agrève : une série de préavis de grève en juin à l'hôpital de Moze

Les salariés de l'hôpital de Moze à Saint-Agrève continuent leur lutte contre le projet de réorganisation des services de soins, d'hôtellerie et du ménage qui doit débute ce lundi 3 juin.

"A la demande des salariés", le syndicat CGT de l'hôpital a déposé une série de préavis de grève couvrant tous les jours du mois de juin.

Des actions se mettent en place avec des rassemblements devant l'hôpital. Le premier a eu lieu samedi 1er juin avec un pique-nique revendicatif et festif, le même jour que la MOZ'bilisation pour récolter de l'argent pour reconstruire les bâtiments. "Ce sera sans les salariés qui boycotteront pour la deuxième année consécutive cette festivité, non pas qu'ils sont en désaccord sur le principe mais du fait d'un mépris total et constant des dirigeants de leur établissement", avait prévenu le syndicat CGT.

Ce lundi 3 juin, en début d'après-midi, une délégation devait être reçue par la direction et le bureau du conseil d'administration pour les négociations autour des revendications.

Mardi 4 juin à partir de 19 h 30, le conseil d'administration de l'association de Moze se réunit à 20 heures.

D'autres actions suivront "suivant l'évolution des négociations".

Source la Commère 43 :https://www.lacommere43.fr/dans-le-07/item/23659-saint-agreve-une-serie-de-preavis-de-greve-en-juin-a-l-hopital-de-moze.html

Lire la suite

Vif succès de la manifestation des salariés ce samedi 1 juin 2019 devant l'hôpital de Moze

Img 20190601 124618

" Salariés de Moze EN COLÈRE " !

Une bonne cinquante de salariés, soit presque la moitié de l'effectif et 99 % du personnel assigné grèviste ont manifesté ce samedi 1 juin devant l'hôpital de Moze, avec un pique nique revendicatif.

Soutenu par une vingtaine d'usagers ou sympathisants, les salariés de Moze protestent contre une nouvelle organisation des services de soins, de l'hotellerie et du bionettoyage qui va débuter, ce lundi 3 juin 2019.

Un préavis de grève déposé par nos soins, court jusqu'au 30 juin.

"Nous sommes déterminés à mettre la pression sur la direction et le conseil d'administration pour maintenir des soins de qualité envers les patients et les résidents accueillis dans notre hôpital" propos d'une salariée.

" Cette réorganisation, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase !! " propos d'une salariée.

Il est vrai que depuis 2 ans, la direction et le conseil d'administration de l'association de Moze ont dénoncé les usages conventionnels et tous les accords d'entreprise. Chaque salarié a perdu de nombreux acquis !

A celà, s'ajoute le gel des salaires pour cette année encore ! Aujourd'hui, la moitié du personnel se retrouve au SMIC, c'est INADMISSIBLE !

Il y a de quoi être en COLÈRE !

Ce cri de désespoir, c'est avant tout pour nos résidents et nos patients qui sont dans les murs de cet établissement ! Nous demandons d'avoir les moyens de nous occuper correctement, dignement et humainement de ces derniers, à travers de bonnes conditions de travail !

Cette journée de mobilisation devant l'hôpital étaient aussi symbolique afin d'interpeller les gestionnaires de cet établissement, car la quasi totalité du personnel a boycotter la journée de Moz'bilisation. Un véritable désaveu pour la direction et le conseil d'administration !

Le personnel est bien conscient de la fragilité financière de l'établissement, comme beaucoup d'autres dans le pays, néanmoins, il est dévoué à chaque instant, 24 h/24 et demande un minimum de RESPECT ET RECONNAISSANCE.

Ce lundi 03 juin, une délégation sera reçue par la direction et la présidence du CA pour éventuellement négocier sur les revendications portées par les salariés.

D'autres actions sont programmées si les négociations n'aboutissent pas !

Le conflit pourrait se durcir dans les jours et semaines à venir ! 

Lire la suite

Manifestation à Saint-Agrève, ce 05 février 2019 !

Dsc03940

Ce mardi 05 février, les manifestants n'ont pas hésité à braver la neige tombée en abandance, le week-end dernier à SAINT AGREVE, sur le plateau ardèchois.

Dés 10 h, ils étaient plus d'une cinquantaine d'agents à se rassembler devant l'hôpital de Moze pour dire leur "RAS LE BOL" de la politique d'austérité que mène la direction et le conseil d'administration au sein de l'établissement.

Ils faut rappeler que la totalité des usages conventionnels, les accords IRP et CHSCT (c'est peu dire de l'intérêt du dialogue social !) et l'accord RTT ont été dénoncés en 18 mois.  

Une réorganisation des services de soins, que le personnel soignant conteste, est la goutte d'eau qui fait déborder le vase...  

L'après-midi, ils étaient une centaine à manifester dans les rues de Saint-Agrève contre la politique du gouverment et pour une justice sociale... afin d'obtenir :

- Une augmentation du SMIC, du point d’indice pour les fonctionnaires, de tous les salaires et pensions, ainsi que des minimas sociaux

- Le rétablissement de l’ISF et une réforme de l’impôt sur le revenu pour une plus grande progressivité

- Un allègement de l’impôt indirect (TVA et taxes sur les carburants)

- Le paiement des impôts en France des grandes sociétés et la taxation des dividendes versés aux actionnaires

- La lutte contre la fraude fiscale (estimée en France à : 100 milliards d’euros pour 2018)

- La suppression des aides publiques aux entreprises qui ne servent ni l’emploi, ni la hausse des salaires, ni l’investissement et qui mettent à mal la protection sociale

- Une Sécurité Sociale de haut niveau, solidaire, intergénérationnelle, seul rempart contre la misère et la précarité

- Le développement des services publics, partout sur le territoire, avec des moyens suffisants en personnels formés et correctement rémunérés

- Le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester…

Gilets rouges, gilets jaunes, blouses blanches, sans gilet... 

TOUS ENSEMBLE dans LA LUTTE...

Lire la suite