Les actualités

Images

Images 2

Saint-Agrève : du rififi à l'association de l'hôpital de Moze

Réunions houleuses, assemblée générale annulée pour cause de vives tensions, présence d'un huissier de justice... L'association gestionnaire de l'hôpital de Moze à Saint-Agrève traverse une période difficile en interne. Deux clans s'opposent.

On aurait pu penser que l'hôpital de Moze sortait de la tempête. Après des années difficiles sur le plan financier, une crise du Covid particulièrement mouvementée et un projet de rénovation et d'agrandissement sur la bonne voie, voilà qu'une crise interne éclate au sein de l'association gestionnaire.

Les salariés peuvent-ils devenir membres de l'association ?

Le feu couvait depuis plusieurs années mais une étincelle a fait éclater les dissidences début septembre à l'occasion d'une réunion du conseil d'administration. Le 8 septembre, les 17 membres étaient appelés à se prononcer sur la possibilité pour des salariés de l'association de pouvoir candidater pour devenir sociétaire de la même association. A main levée, le vote contre l'a emporté. Et dans la foulée, le président Henri Brottes présentait 28 candidats pour être coopté. Nouveau vote à main levée alors que des administrateurs réclamaient un vote à bulletin secret. Des voix s'élèvent et un nouveau conseil d'administration extraordinaire est convoqué le 21 septembre. Lequel annule les décisions du 9 septembre. Le lendemain, le président écrit pour annoncer sa mise en retrait, avant de se rétracter, toujours par mail, deux jours plus tard.

Un nouveau CA annule le précédent

Ce soir du 21 septembre, le "CA" s'est ainsi positionné sur les 28 candidatures, auxquelles ils ont ajouté 6 candidatures de salariés. Après consultation des lettres de motivation, 14 ont été retenues dont 4 salariés.

Une AG houleuse avant même de commencer

L'assemblée générale de vendredi, en présence d'un huissier de justice, devait confirmer ces intégrations. Mais de réunion, il n'en sera pas point question. Des candidats refoulés ont voulu obtenir une réponse à ce refus. Les décibels sont montés, les masques sont tombés. Devant un tel brouhaha, le maire Michel Villemagne a sonné la fin de la récréation et proposé que l'AG soit reportée en attendant des éclaircissements sur la validité des délibérations du CA.

34 candidats pour intégrer l'association

Deux clans s'opposent au sein de cette association qui gère la structure hospitalière. "Il y a des règlements, il faut les appliquer", affirme Norbert Exbrayat, le trésorier, pas vraiment sur la même longueur d'ondes que le président.

Et il s'étonne de ces candidatures massives pour intégrer l'association alors que les années précédentes, le nombre de candidats s'élevait à trois ou quatre personnes. Le président justifie : "Dans les statuts de l'association de 2004, il est écrit qu'il est nécessaire de retrouver des membres quand les effectifs baissent. On était à 65-70 en 2004 et on est actuellement à 34." Pour Henri Brottes, qui veut garder la main, le conflit est davantage une question de personnes. "Il est nécessaire de renouveler le CA, de faire venir du sang nouveau. "C'est une situation dramatique pour l'établissement. L'ARS pourrait prendre des décisions contre l'hôpital."

L'avocat de l'association sollicité

L'avocat de l'association a été sollicité pour conseiller sur la validité des délibérations. A moins qu'un tribunal soit saisi du dossier pour trancher.

Pour le maire Michel Villemagne, cette situation donne une image désastreuse. "Je vis très mal cette situation, surtout à un moment où l'hôpital est à un tournant de son évolution avec un projet immobilier bien avancé à 15 millions d'euros."

Source la commère 43 : https://www.lacommere43.fr/dans-le-07/item/34036-saint-agreve-du-rififi-a-l-association-de-l-hopital-de-moze.html?fbclid=IwAR1CD0xyPfp5aBzqznnwO1DrFeS5nCmhxjIngRwUY3E2t_WSbakOVV8Hw9I

Vive la SECU !

Stetienne tract invitation vdef page 001

Inspection du travail : Première victoire contre les sanctions imposées à Anthony Smith

Inspecteur travail seine maritime le corre 300x226

Dans la bataille qui oppose Anthony Smith, et son comité de soutien, à la Direction du travail, une première avancée vient d'être obtenue avec la modification de la sanction d'éloignement de l'inspecteur du travail.

Mercredi 9 septembre ont eu lieu de nouvelles mobilisations en soutien à Anthony Smith, l'inspecteur du travail sanctionné au premier semestre. Celui-ci avait demandé à ce que des salariés d'une association de travailleurs à domicile puissent disposer de masques et de moyens de protection en plein cœur de la pandémie.

Depuis plusieurs mois, des mobilisations ont lieu contre des sanctions abusives prises à l'encontre d'un inspecteur du travail qui n'avait fait que son travail.

La ministre revient sur la « mutation » d'Anthony Smith

À l'occasion des nouvelles mobilisations de ce 9 septembre, des organisations syndicales étaient reçues par la ministre du Travail, Élisabeth Borne, pour évoquer notamment le cas d'Anthony Smith.

Elle a indiqué à la délégation reçue qu'elle « revenait sur la décision de mutation » qui le frappait. Une véritable mesure d'éloignement qui tentait de faire pression sur lui et tout le corps d'inspectrices et inspecteurs de la direction du travail tenté de trop bien faire son travail. En effet, il avait été envoyé à 200 km de chez lui et il lui avait été interdit de réaliser des contrôles en entreprise. Un comble pour un inspecteur du travail…

La ministre a annoncé qu'elle revenait sur ces interdictions, les contrôles pourront être repris par Anthomy Smith et celui-ci pourra poursuivre son mandat au CHSCT, ainsi que son engagement syndical, ce que la Direction du Travail voulait empêcher.

Une première avancée pour un combat « à poursuivre »

Il aura donc fallu plusieurs manifestations et une mobilisation forte pour obtenir de la part de la ministre ce que le bon sens réclamait pourtant. Vu comme une « première avancée » par l'Union fédérale des syndicats de l'État — CGT (UFSE CGT), cette victoire est la démonstration de la force de l'alliance entre les syndicats et des personnalités des mondes politique, culturel, associatif…

La poursuite de combat « d'interet général » est présentée comme évidente, afin d'obtenir une « annulation des sanctions ». La défense d'une Inspection du travail complètement mobilisée pour tous les salariés et sans « collusions avec les employeurs » reste un objectif affiché de l'UFSE CGT.

Communiqué de l'UFSE CGT

Source : https://nvo.fr/premiere-victoire-contre-les-sanctions-imposees-a-anthomy-smith/

Images 25